Lorsque les journées sombres de l’hiver reviennent, ressentez-vous une baisse d’énergie et des difficultés de concentration ? Alors que vous dormez suffisamment, vous sentez-vous épuisé au réveil ? Avez-vous le sentiment de vous désintéresser de vos activités professionnelles ou sociales, ou d’être tout simplement déprimé ?

Qu'est-ce que la dépression saisonnière?

La dépression saisonnière est un trouble de l’humeur dont la grande caractéristique est sa récurrence annuelle : chaque année à l’approche de l’hiver, il revient tel un trouble-fête déranger les humeurs. Les initiales SAD (Seasonal Affective Disorder) ou TAS (Trouble Affectif Saisonnier) sont fréquemment utilisées pour parler de la dépression saisonnière.

Mise en évidence scientifiquement par le psychiatre Dr Norman Rosenthal en 1984, la dépression saisonnière toucherait 3 à 5% de la population, un chiffre estimé sensiblement inférieur à la réalité, du fait d’un manque de connaissance du corps médical et des personnes elles-mêmes concernées. Le blues de l’hiver, une forme plus légère et plus populaire de la dépression saisonnière, concernerait quant à lui près de 20 à 30% des gens.

SAD-300x300.jpg

Les symptômes de la dépression saisonnière

  • Fatigue au réveil et en journée
  • Augmentation de l’appétit, envie accrue d’aliments riches et sucrés
  • Perte d’intérêt pour les activités sociales et professionnelles
  • Baisse de l’humeur, états de déprime ou dépression
  • Troubles du sommeil (hypersomnie et/ou insomnie)
  • Irritabilité et anxiété
  • Baisse de la libido
  • Perte d’énergie et de motivation

La fréquence et la sévérité de ces symptômes peuvent varier d’une année à l’autre chez une personne. Un cas de dépression saisonnière est fort probable lorsque les symptômes entravent le fonctionnement normal quotidien et se répercutent deux à trois années de suite.

Les causes de la dépression de l'hiver

Les causes de la dépression saisonnière demeurent incertaines. Toutefois, on sait que la baisse de la lumière en hiver crée un dérèglement dans la sécrétion des hormones responsables de notre bien-être et nos humeurs (sérotonine, dopamine, mélatonine, etc.).

La luminothérapie pour traiter la dépression saisonnière

dayvia-ice-160-user-PC-351x528.jpg

En Suisse, la dépression saisonnière est un trouble de l’humeur reconnu par le système médical (inclus dans le manuel DSM-IV) et scientifique, et son traitement par la luminothérapie est pris en charge par l’assurance maladie obligatoire lorsqu’un diagnostic est posé par le médecin-traitant.

La luminothérapie permet de compenser la diminution de la lumière en hiver, et de rééquilibrer les différentes sécrétions hormonales. Le traitement médical recommandé est :

  • une exposition de 20-30 minutes devant une lampe émettant 10’000 lux*
  • le matin tôt (entre 6h30 et 8h30 idéalement)
  • durant une cure de 2 semaines minimum

*un lux = la lumière d’une bougie

Certaines personnes ont besoin d’utiliser la luminothérapie tout l’hiver pour se maintenir en forme. Des lampes émettant 2’500 lux sont aussi efficaces pour soigner un SAD lorsqu’elle sont utilisées 90 à 120 minutes le matin.

La luminothérapie n’a pas fonctionné comme prévu ? Pour environ 5% de la population, la luminothérapie doit être adaptée de manière individuelle. Parlez-en à votre médecin traitant et prenez contact avec nous pour des conseils personnalisés.

Les simulateurs d'aube

En simulant le lever et le coucher de la lumière, le simulateur d’aube renforce le système circadien et assure un cycle veille-sommeil stable. Grâce à sa progression lumineuse douce, il permet un passage naturel du sommeil profond vers le sommeil léger.

Le réveil n’est plus un stress, on se sent prêt à se réveiller et réellement de meilleure humeur !

  • réveil sans stress ni fatigue
  • aide à l’endormissement
  • stabilisation du rythme de sommeil et renforcement de l’horloge interne
  • régulateur de l’humeur et de la capacité d’attention en journée
Lumie-Bodyclock-Luxe-male-0700-351x351.jpg

Quelques références

  • Lam, R.W., and Levitan, R.D. (2000). Pathophysiology of seasonal affective disorder: a review. J Psychiatry Neuroscience, 25(5), 469-480.
  • Lavoie, M-P., and Hébert, M. (2007). Faire la lumière sur le trouble affectif saisonnier. Canadian Psychology, 48(3), 187-199.
  • Terman, M. (2007). Evolving application of light therapy. Sleep Medicine Reviews, 11, 497-507.
  • Terman, M., and Terman, J.S. (2005). Light Therapy for Seasonal and nonseasonal depression: Efficacy, protocol, safety and side effects. CNS Spectrums, 10(8), 647-663.