Luminothérapie: aussi efficace qu'un antidépresseur ?

Soulager la dépression majeure non saisonnière par luminothérapie serait une nouvelle option de traitement de premier ordre pour les patients, selon une récente méta-analyse parue en septembre 2019. Retrouvez les recommandations des auteurs de cette recherche pour profiter des bienfaits de la luminothérapie chez vous.

1137 Vues

Un bénéfice pour toutes les formes de dépression

La luminothérapie est reconnue depuis les années 1980 par le corps médical et scientifique comme le traitement de choix de la dépression saisonnière. En Suisse, l'achat ou la location de luminothérapie peut être pris en charge par l'assurance maladie obligatoire de base en cas de trouble affectif saisonnier depuis 1998.

Selon une méta-analyse publiée en septembre 2019 par des spécialistes du sommeil et psychiatres en France, la luminothérapie pourrait bientôt être également recommandée comme alternative de premier choix aux antidépresseurs pour d'autres formes de dépression.

Des travaux de recherche poussés

Le psychiatre Dr Goeffroy spécialiste du sommeil et psychiatre à Paris, en collaboration avec le Pr Patrice Bourgin et Carmen Schröder de Strasbourg, a analysé 668 recherches sur la base de critères très stricts et sélectifs, pour retenir 397 patients dépressifs provenant de 7 études indépendantes. Ils ont alors comparé l'efficacité des traitements dispensés : luminothérapie seule, antidépresseur seul, ou combinaison de luminothérapie et antidépresseurs. Résultats ? La luminothérapie seule a démontré une efficacité similaire aux antidépresseurs seuls, et le meilleur traitement des symptômes dépressifs était obtenu par combinaison de luminothérapie et antidépresseur conjointement.

Une combinaison gagnante

Ainsi, la luminothérapie en combinaison à un antidépresseur apporte les meilleurs bénéfices thérapeutiques. Pour le patient, les effets positifs sont multiples :

  • La luminothérapie accélère l'efficacité du médicament : il faut habituellement au mois deux semaines à un antidépresseur pour améliorer l'humeur. Avec la luminothérapie, cette latence est réduite à une semaine, une accélération précieuse pour les personnes souffrant de symptômes aigus.
  • Une désescalade du dosage médicamenteux : très souvent, à l'automne, les changements hormonaux induits par la saison péjorent l'humeur. Le réflexe est alors d'augmenter le dosage antidépresseur, et celui-ci n'est pas toujours réadapté au printemps suivant. Introduire la luminothérapie à l'automne permet d'améliorer naturellement l'humeur sans augmenter nécessairement le médicament.

Selon cette méta-analyse, pour certaines personnes il est même possible de proposer d'abord la luminothérapie seule avant d'envisager un antidépresseur. Cet traitement naturel est particulièrement intéressant pour les patients :

  • enceintes
  • souffrant d'importants effets secondaires au médicament
  • refusant leur traitement médicamenteux

Nos conseils pour une luminothérapie réussie

Les auteurs de la méta-analyse recommandent de recourir à des séances de 20 à 30 minutes le matin, avec une lampe émettant 10'000 lux à au moins 30 cm de distance. Ce dosage correspond au traitement de la dépression saisonnière et est tout à fait indiqué dans la dépression majeure.

Dans un premier temps, vous avez la possibilité de tester l'efficacité de la luminothérapie, en louant un appareil pour deux à quatre semaines. En Suisse, des lampes de location sont disponibles dans nos points de vente partenaires. Les lampes louées correspondent généralement toutes au dosage de "10'000 lux".

Si votre humeur s'améliore, la luminothérapie est une bonne alternative pour vous. Vous pouvez alors discuter avec votre médecin de l'intérêt d'acheter un appareil, ce qui peut être indiqué si vous avez tendance à souffrir de l'hiver ou si vous ne tolérez pas bien votre antidépresseur. La luminothérapie en cure régulière de 3-4 semaines peut vous aider à mieux supporter votre médicament à l'année.

Après une période de location concluante, nous vous recommandons de :

  • opter pour un appareil émettant 10'000 lux à au moins 30 cm si l'objectif est d'arrêter l'antidépresseur
  • opter pour un traitement plus léger pour maintenir les effets du traitement médical obtenu par la location, tout en poursuivant la prise de l'antidépresseur.  

La réflexion doit se mener avec une analyse de la sévérité de vos symptômes, et le budget à disposition pour l'acquisition d'une lampe de luminothérapie.

Ce conseil vous a été utile ?

N'hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux

Ce blog vous a-t-il été utile?

Laissez un commentaire

Code de sécurité