Le travail de nuit et ses effets sur la santé

Comme vous peut-être, plus de 20 % de la population sont occupés dans des postes impliquant du travail de nuit, occasionnel ou régulier. Ce type d'horaire perturbe profondément l'horloge biologique et les conséquences sur la santé sont nombreuses. Comprends l'impact du travail de nuit sur l'organisme permet d'apporter une réponse appropriée aux symptômes rencontrés.

301 Vues

Le travail de nuit

En Suisse, le travail de nuit représente un emploi entre 23 heures et 06 heures du matin. Qu'il soit occasionnel ou régulier, le travail de nuit perturbe systématiquement le rythme veille-sommeil et ses conséquences à long terme sur la santé ne sont pas négligeable. Pour ces raisons, cet horaire est très encadré sur le plan légal et est par principe interdit en Suisse (art. 16 LTr). Il faut donc une autorisation spéciale pour employer du personnel la nuit (art 17 LTr) et les nuits sont généralement intégrés dans un système de rotation de poste pour s'assurer que le travailleur profite de postes en journée également.

Risques pour la santé

On peut distinguer 3 catégories d'effets du travail de nuit sur la santé, en fonction des connaissances médicales et scientifiques :

  • Risques avérés : ils concernent les troubles sur le sommeil et sur le métabolisme. Le sommeils des personnes employées de nuit est moins bon et plus court, entraînant une plus grande somnolence et un risque d'accident plus élevé. Le syndrome métabolique est reconnu comme conséquence du travail de nuit et concerne l'augmentation anormale d'au moins 3 des paramètres suivants : tour de taille, pression artérielle, triglycérides, cholestérol et glycémie.
  • Risques probables : ils représentent les atteintes sur la santé psychique, les performances cognitives, l’obésité et la prise de poids, ainsi que le diabète de type 2, les maladies coronariennes et un risque cancérogène probable augmentant avec le nombre d'années en poste. Le manque de sommeil fréquent est relié à une baisse de l'humeur et une mémoire moins efficace, et le désordre au niveau des rythme biologiques se répercute sur des processus d'assimilation des graisses et des sucres.
  • Risques possibles : la recherche a mis en évidence des liens entre le travail de nuit et l’hypertension artérielle ainsi que les accidents vasculaires cérébraux. Mais aucune généralité n'est encore possible actuellement.

Les symptômes fréquents

Souffrez-vous de deux ou plusieurs symptômes suivants ?

  • Trouble de l’endormissement et/ou du sommeil
  • Trouble de l’appétit, troubles gastriques
  • Somnolence en journée
  • Difficulté de concentration
  • Problèmes de mémoire
  • Humeur basse, déprime
  • Hypertension, diabète

Si tel est le cas, il est important d'en parler au médecin du travail de l'entreprise ou votre médecin traitant. Une intervention rapide permet souvent d'améliorer votre qualité de vie et éviter une désadaptation trop importante qui pourrait nécessiter un changement de poste pour vous.

Réadapter l'horloge biologique

Réduire efficacement les symptômes liés au travail de nuit dépend de beaucoup de facteurs. Mais un élément commun reste le dérèglement de l'horloge biologique et des techniques simples et naturelles comme la luminothérapie vous permettent déjà d'améliorer votre humeur et votre sommeil. Pour rester calée sur les 24 heures d'une journée, l'horloge biologique se base en effet principalement sur l'information de lumière et d'obscurité qu'elle reçoit par l'œil. Une bonne hygiène d'exposition à la lumière ou à l'obscurité amélioreront rapidement votre qualité de vie. Consultez notre articles sur les outils naturels conseillés en cas de travail de nuit.

Références et liens utiles

  • Arendt, J. (2010). Shift work: Coping with the biological clock. Occupational Medicine, 60, 10-20
  • Bayon, V., Prévot, E., and Léger, D. (2009). Travail posté et cancer. Médecine du Sommeil, 6, 25-30.
  • Gronfier, C. (2005) Les troubles du rythme circadien du sommeil. International Classification of Sleep Disorders (ICSD-2) – Ed. American Academy of Sleep Medicine (AASM).
  • Léger, D. (2009). Travail et Sommeil. Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 70, 243-244.
  • Léger, D., Bayon, V., Metlaine, A., Prévot, E., Didier-Marsac, C., and Choudat, D. (2009). Horloge biologique, sommeil et conséquences médicales du travail posté, Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 70, 246-252.

Ce conseil vous a été utile ?

N'hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux

Ce blog vous a-t-il été utile?

Laissez un commentaire

Code de sécurité